La Passeuse d’histoires, entre voyage et déception

Jaya, une journaliste new-yorkaise, bouleversée par une troisième fausse couche et le délitement de son mariage, embarque dans un inoubliable voyage en Inde à la recherche de son histoire familiale troublée. Émerveillée par ce qu’elle y découvre, Jaya apprend tout ce qu’elle peut sur la culture du pays. C’est en rencontrant Ravi, ancien servant et confident de sa grand-mère Amisha, qu’elle va en apprendre plus sur son histoire familiale. Le vieil homme lui racontera la vie d’Amisha sous l’occupation britannique, de son mariage arrangé à son histoire d’amour impossible avec un lieutenant britannique. Il lui parlera également de l’école anglaise où, malgré les interdits de l’époque, elle enseignait l’écriture, elle qui adorait raconter et écrire des histoires pour ses enfants… À travers l’histoire déchirante de sa grand-mère, modèle de résilience, Jaya se découvre une force que, jusque-là, elle n’avait jamais soupçonnée.
~ La Passeuse d’histoires, de Sejal Badani – Éditions Charleston
>> fiche livraddict

Ce livre avait rejoint ma wish-list après le coup de cœur qu’il avait été pour Stéphanie de Pikiti Bouquine, et il a rejoint ma liseuse dès que j’ai vu une offre sur le format numérique ! J’en attendais une puissante et touchante histoire de destin de femme, un dépaysement vers l’Inde… Et j’ai malheureusement été un peu déçue.

Je n’ai rien à redire sur tout le début du roman, qui m’a plutôt convaincue. Je suis toujours adepte des narrations en multiple temporalité, et ici je me suis autant attachée à Jaya qu’à Amisha, les deux femmes faisant face à des problématiques fortes et que j’ai trouvées bien amenées.

J’ai par contre été déçue de la manière dont l’histoire d’Amisha évolue. D’abord mue par sa passion pour les mots et sa volonté de liberté, elle ne devient plus qu’éprise d’un autre homme que son mari. Assez rapidement, tout ce dont elle rêvait pour elle-même, en tant qu’individuelle et en tant que femme, disparaît au profit de cette histoire d’amour interdit. Je comprends que l’autrice n’ait pas voulu en faire un personnage foncièrement militant et révolté, mais j’ai trouvé cet effacement très dommage, et l’histoire a perdu pour moi tout son impact…

J’ai cependant apprécié le voyage en Inde que m’a permis ce roman : l’immersion était réussie, et j’ai appris nombre de choses sur la culture, l’histoire et les mœurs indiens !

Ce ne fut donc pas une complète déception, mais j’en attendais davantage et je n’ai pas trouvé ce que je cherchais… J’en suis d’autant plus désolée que j’y suis plongée après un avis coup de cœur ! Et vous, avez-vous déjà suivi une recommandation coup-de-coeur qui vous a finalement déçu.e ?

Les Voies d’Anubis : magie mystique et toison drue

Vraiment, pourquoi Brendan Doyle, jeune professeur californien, aurait-il refusé de faire à Londres cette conférence payée à prix d’or? Comment deviner que l’attend la plus folle et la plus périlleuse des aventures ?
Voyez plutôt : à peine arrivé, le voici précipité, par une mystérieuse brèche temporelle, dans les bas-fonds de Londres. De Londres en 1810 ! Sorciers, sectes et rumeurs de loup-garou … Et, nul doute, quelqu’un cherche à l’enlever sinon à le tuer ! Au hasard de sa fuite, Doyle régressera jusqu’en 1685 puis sera projeté dans l’Égypte de 1811 où des magiciens vénèrent encore le dieu Anubis.
Traqué, maintes fois capturé et toujours s’échappant, il cherche à corps perdu la « brèche » du retour.
~ Les Voies d’Anubis, de Tim Powers – Bragelonne
>> fiche livraddict

Vous connaissez forcément ces films d’aventure du dimanche après-midi, qui entraînent leurs personnages en quête d’un trésor ancien, au travers d’un chemin parsemé d’embûches et saupoudré d’une pointe de mythologie surnaturelle… C’est exactement l’effet que m’a fait cette lecture !

Tous les éléments sont là : le personnage principal tiré de son train-train quotidien pour une expérience extraordinaire, le vieil homme et sa fortune dépensée pour un projet fou, le plan qui dérape dès le début, et les nombreuses péripéties qui s’en suivent ! J’ai adoré cette ambiance très particulière de pure aventure de divertissement : je l’ai lu en n’attendant rien de plus qu’un bon moment, et j’ai eu exactement ce que je voulais. L’intrigue apporte des éléments de voyage temporel, réécrit le mythe du loup-garou, emprunte à la mythologie égyptienne et va même jusqu’à tremper un orteil dans les eaux des manipulés génétiques et de la poésie… Un ensemble de grands écarts par lesquels l’auteur s’assure de ne pas ennuyer son lecteur !

Pourtant, vers la fin, je commençais un peu à m’impatienter d’en voir le bout… Je suis arrivée au dernier tiers sur une période où, ayant beaucoup moins de temps disponible, j’ai dû avancer dans cette lecture de manière beaucoup plus fractionnée. Je ne sais pas jusqu’à quelle proportion ç’a joué, en tout cas j’ai trouvé que la fin manquait de cohésion et traînait un peu en longueur. Tous ces éléments disparates n’ont pas vraiment été réunis dans un grand final éclatant, et j’ai finalement trouvé la présence des fameuses « Voies d’Anubis » presque trop ténue, éclipsée par le reste.

Finalement, je maintiens que j’ai passé un bon moment avec cette lecture. Elle ne m’aura pas surprise en proposant davantage de profondeur que prévu, mais elle aura malgré tout rempli ses fonctions de divertissement : si vous entrez dedans, vous saurez à quoi vous attendre !

Les Chroniques de St-Mary’s : histoire, complots et explosions

À l’institut St Mary de recherche historique, les historiens n’étudient pas seulement le passé, ils le visitent.
Derrière l’innocente façade de St Mary, le secret du voyage dans le temps a été découvert et reste bien gardé. Les chercheurs en Histoire ont ainsi une méthode de travail tout à fait particulière : ils « étudient en temps réel les événements majeurs de l’Histoire ». En se faisant passer pour d’inoffensifs excentriques, ils tentent de répondre à certaines questions qui n’ont jamais été résolues, sans jamais toucher au cours de l’Histoire… au risque d’en mourir.
Madeleine Maxwell, une jeune et brillante historienne est contactée par son ancien professeur afin de rejoindre l’équipe de l’Institut St Mary. Au cours de son étrange entretien d’embauche, Maxwell comprend vite les possibilités qui s’offrent à elle…
De la disparition de Pompéi aux tranchées de la Première Guerre mondiale, du grand incendie de Londres à la destruction de la bibliothèque d’Alexandrie, la jeune historienne va revivre d’extraordinaires événements. Alors qu’au sein de l’institut naissent des enjeux de pouvoir…
~ Les chroniques de St Mary’s, tome 01 : Un monde après l’autre, de Jodi Taylor – Éditions HC
>> fiche livraddict

Peut-on avoir un « coup de cœur-doudou » ? Non pas la claque énormissime, mais ce moment de lecture tellement agréable que, immédiatement, tous les tomes suivants passent tout droit dans la catégorie « pioche des lectures doudou ultimes » ? Parce que je crois bien que c’est l’effet que m’a fait cette lecture. Du début à la fin, j’ai adoré. J’ai été emportée, j’ai dévoré les pages par dizaines, et à la fin je n’avais qu’une envie : en reprendre encore un peu.

Premièrement, j’ai tout de suite accroché avec le personnage principal, Madeleine Maxwell. Elle est drôle, dynamique, et j’ai apprécié de ne pas avoir, pour une fois, une héroïne qui mette la moitié d’un tome à comprendre la situation et l’autre à se questionner en permanence… Comme les lecteurs, Maxwell se plonge tête baissée dans les événements pour y défendre bec et ongles ses valeurs et ses convictions !

L’Institut, ensuite, représente presque un individu à part entière : complètement fantasques, obstinés et indisciplinés, ses membres forment un véritable chaos organisé, une communauté soudée qu’il est bon de voir se déployer autour de Maxwell. J’avoue que c’est cet Institut, cette ambiance si chaleureuse et explosive, que j’ai le plus hâte de retrouver dans les prochains tomes…

Côté intrigue, rien à redire non plus ! Le récit est bourré d’action – tout en ne négligeant pas de créer un réel attachement pour les personnages – et les pages défilent si vite ! J’ai même eu la surprise de voir se terminer la première intrigue assez rapidement, pour qu’ensuite une pléthore de rebondissements viennent clôturer ce premier tome en beauté.

Je pense que c’est clair : j’ai extrêmement hâte de retourner à St Mary ! Et vous, vous connaissez cette série ? Quelle saga vous fait cet effet « doudou ultime » ?

Retrouver ce livre dans une sélection thématique :
Inspirations vagabondes