La Chambre aux papillons : « meh »…

Dans la campagne de Suffolk, Admiral House trône. C’est la maison de famille de Posy Montague, l’endroit où elle a passé son enfance à courir après les papillons avec son père, avant d’y élever ses propres enfants. À près de 70 ans, elle doit pourtant se résoudre à se séparer de cette demeure qui a abrité ses plus grandes joies et ses plus grandes peines. Mais la réapparition soudaine de Freddie, son amour de jeunesse qui lui a brisé le cœur cinquante ans auparavant, va tout bouleverser. Car il se pourrait bien qu’Admiral House n’ait pas encore révélé tous ses secrets…
~ La Chambre aux papillons, de Lucinda Riley – Éditions Charleston (lu en numérique)
>> fiche livraddict

Ce livre avait tout pour répondre à une cruelle envie d’histoire familiale, saupoudrée d’une part de mystère et enrobée d’une ambiance douce et tranquille. Et finalement, j’ai eu ce que je voulais. Mais…

Mon enthousiasme été énormément freiné par le style d’écriture. Moyen dès le départ ? Défaut de traduction ? Toujours est-il que j’ai trouvé que les dialogues sonnaient faux, davantage « écrits dans un livre » que réellement prononcés par des personnages qui existent réellement, quelque part dans un univers fictif. Les tournures de phrases n’étaient pas naturelles, et j’ai eu l’impression d’avoir un filtre de papier entre les personnages et moi tout au long du livre, je suivais les événements de loin…

Pour autant, l’histoire en elle-même n’est pas déplaisante. On suit différents personnages liés les uns aux autres, avec chacun leurs problèmes et la capacité d’aider les autres. Mais là encore, il y a un bémol : j’ai trouvé que la construction des personnages et des événements sonnaient creux, manquaient presque de finesse. Chaque personnage est défini par quelques adjectifs principaux et manque de nuance, les événements arrivent surtout parce que l’autrice a décidé qu’il en serait ainsi, sans réelle justification… Parfois, j’ai même eu un sentiment de « toujours plus », avec des péripéties dramatiques pas forcément nécessaires à mon goût.

Je suis quand même allée jusqu’au bout, et j’ai quand même passé un moment plutôt agréable. Au final, ce sont ces petits défauts qui ont duré dans la longueur qui ont fait que je n’ai pas réussi à entrer pleinement dans l’histoire. Pourtant, ce roman plaît à beaucoup, n’hésitez donc pas à vous faire votre propre avis !